Groupe de Physique Appliquée (GAP)

La physique ne se contente pas de révéler les secrets de l’Univers. Elle apporte bien plus à la société en contribuant à l’économie et à l’environnement, par le biais des applications découlant de ses découvertes. C’est pour faciliter ce passage de la physique fondamentale vers les applications que le Groupe de Physique Appliquée (GAP) a été mis sur pied en 1980. Ses centres d’intérêt sont volontairement divers pour multiplier les chances de transfert de technologies.

Aujourd’hui, le GAP réunit six groupes actifs dans les domaines suivants :

  • la biophotonique qui développe de nouveaux procédés afin de suivre et même contrôler des systèmes biologiques et atmosphériques. Les applications ciblées sont l’identification de bactéries dans l’air ambiant, la mesure de polluants, la détection précoce de cancers et le contrôle de la foudre;
  • la physique non-linéaire qui s'intéresse à la propagation non-linéaire des lasers de forte puissance et à leurs analogues dans divers domaines de la physique, notamment les ondes scélérates océaniques. Les applications visées concernent la télédétection atmosphérique, la modulation météorologique, ainsi que la prévention des vagues géantes;
  • l'optique quantique et les mémoires quantiques, qui ont pour but ultime de réaliser des réseaux de distribution de l'information quantique à grande échelle, ainsi que la nonlocalité qui s'intéresse aux fondements et applications pratiques de l'intrication;
  • l’optique qui travaille en communications classique et quantique par fibre optique ; ce groupe investit aussi le domaine très prometteur de la cryptographie quantique, réputée inviolable et qui repose sur de très étranges propriétés de la physique quantique;
  • la physique du climat qui explore le fonctionnement du système climatique à l’aide de modèles numériques, et tente d’évaluer les incidences environnementales et économiques d’un climat perturbé par les activités humaines dans le courant du 21e siècle;
  • la supraconductivité appliquée, à la frontière entre physique du solide, science des matériaux et ingénierie, se concentre sur les applications pratiques des matériaux supraconducteurs dans des domaines très pertinents pour la société, comme le biomédical (imagerie médicale et spectroscopie à résonance magnétique), la génération et distribution de l'énergie, la mobilité durable.

 

Conception et réalisation : Sur Mesure concept